Des animaux en santé, un Canada en santé

La santé animale influe directement sur la santé des Canadiens, l’économie et l’environnement. La majorité des nouvelles maladies qui affectent les humains tirent leur origine du règne animal.1  Les pertes économiques liées à des maladies animales comprennent la diminution du commerce, des pertes de revenus pour les agriculteurs et leur famille, ainsi que des pertes d’emploi dans l’industrie agroalimentaire. Les conséquences environnementales vont de la perte de populations animales autochtones à la perturbation d’écosystèmes du pays.

Le recours à des techniques appropriées d’évaluation des risques, fondées sur des connaissances scientifiques et des pratiques exemplaires à l’échelle internationale, peut contribuer à atténuer ces conséquences et d’autres effets négatifs des maladies animales.

En 2009, le ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, au nom de l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), a demandé au Conseil des académies canadiennes de former un comité d’experts mandaté d’évaluer l’état et l’étendue des techniques d’évaluation des risques dans le domaine des sciences de la santé des animaux, concernant particulièrement les risques pouvant affecter la santé humaine.

Darrell Donahue et David C. Hall, membres du Comité d’experts sur les approches d’évaluation des risques, étaient présents à la réunion annuelle de la Society for Risk Analysis à Charleston, en Caroline du Sud en décembre 2011.

À la suite d’un examen approfondi des preuves, le comité d’experts en est venu à la conclusion qu’au Canada, l’évaluation des risques pour la santé des animaux repose sur une solide base de connaissance et d’expertise. Toutefois, un certain nombre de pratiques pourraient être améliorées.

Le comité d’experts estime aussi que si le Canada veut rester à la fine pointe de l’évaluation des risques pour la santé des animaux, de nombreuses opérations doivent être améliorées, notamment : consolider les capacités sur le plan de l’expertise et de la connaissance; prendre en considération une gamme plus importante de conséquences d’événements liés à la santé des animaux; améliorer la communication entre les évaluateurs des risques, les gestionnaires et les parties prenantes; assurer une plus grande transparence du processus de prise de décision; et mettre de côté des ressources en prévision d’évaluations futures.

Lancé officiellement le 22 septembre 2011 sur le campus Spyhill de l’Université de Calgary, le président du comité d’experts, Alastair Cribb, professeur et doyen de la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Calgary, en compagnie de trois autres membres du comité d’experts, a présenté les principales constatations du rapport à une assemblée de parties prenantes.

Question de l’évaluation   

Quels sont l’état et l’étendue des connaissances des techniques d’évaluation du risque de la santé des animaux, concernant particulièrement les risques pouvant affecter la santé humaine?  

Rapport et documents à l’appui

Membres du comité d’experts

Le comité d’experts sur les approches d’évaluation des risques pour la santé des animaux s’est réuni pour la première fois en juillet 2009. Il est présidé par Alastair Cribb, Ph.D., MACSS, professeur et doyen de la faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Calgary. La page Le comité d’experts sur les approches d’évaluation des risques pour la santé des animaux donne la liste des membres du comité.

Pour plus de renseignements, ou pour les médias sociaux, veuillez communiquer avec :

Samantha Rae Ayoub, directrice des communications et des publications, au 613 567-5000 poste 256 ou samantha.rae@scienceadvice.ca

 


 

1 L.H. Taylor, S.M. Latham, and M.E. Woolhouse, “Risk Factors for Human Disease Emergence,” Philosophical Transactions of the Royal Society of London. Series B, Biological Sciences (2001), p. 983, available: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1088493/pdf/TB010983.pdf.

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
Information supplémentaire