Renseignements pour les commanditaires

Comment soumettre une question en vue d’une évaluation

Toute question soumise en vue d’une évaluation doit être explicitée dans une proposition détaillée. Des critères précis permettent de déterminer quelles propositions sont acceptables :

  • Le sujet est important pour le Canada et ses citoyens.
  • Il est possible de réunir les experts voulus et de respecter le calendrier établi.
  • L’état actuel des connaissances justifie l’évaluation.
  • La science est à la base de la question et de sa réponse.

Les ministères et agences du gouvernement fédéral qui souhaitent proposer des questions en vue d’une évaluation dans le cadre de l’accord de financement du CAC et les gouvernements provinciaux, les organismes à but non lucratif et les entreprises du secteur privé qui souhaitent proposer des questions peuvent communiquer avec Tijs Creutzberg, directeur de programmes et du développement des affaires au 613 567-5000 poste 232, ou par courriel au tijs.creutzberg@scienceadvice.ca.

Toutes les questions et tous les rapports d’évaluations, peu importe leur commanditaire, doivent être approuvés par le conseil d'administration du CAC.


L’importance des évaluations scientifiques

Le Conseil des académies canadiennes (CAC) donne accès aux meilleures connaissances scientifiques disponibles — des connaissances qui peuvent contribuer à établir des lignes directrices, à préparer des consultations et à éclairer les décisions en matière de politiques publiques. Le CAC est une ressource précieuse pour ceux qui sont confrontés à des questions difficiles liées à la science.

Tous les paliers de gouvernement doivent comprendre la science et les données probantes qui sous-tendent les questions d’intérêt public, afin que les politiques qui en découlent soient saines et efficaces, et qu’elles répondent aux besoins et aux préoccupations des Canadiens. Les organismes sans but lucratif, tout comme les entreprises, ont besoin de la même base d’information pour participer au processus d’élaboration des politiques.


 

Influence des évaluations

L’influence des évaluations du CAC est manifeste depuis la création de l’organisme. Le rapport du CAC publié en 2006 sur l’état de la science et de la technologie au Canada a mis en évidence quatre domaines ou « grappes » dans lesquels le Canada est particulièrement fort. Le gouvernement fédéral a utilisé ce résultat précis pour élaborer sa stratégie de 2007 en matière de sciences et de technologie, publiée sous le titre Réaliser le potentiel des sciences et de la technologie au profit du Canada.

Renforcer la capacité de recherche du Canada :  La dimension de genre (2012) a motivé l’Université McMaster à mener sa propre étude sur les disparités salariales entre les hommes et les femmes en recherche. Cette université a mis au jour un écart de rémunération de 2 % non attribuable à la discipline ou au rang. Par conséquent, l’Université McMaster a accordé au printemps 2015 une hausse salariale de 3 515 dollars aux femmes membres de son corps professoral.

Le rapport de 2009 du CAC, La gestion durable des eaux souterraines au Canada, est devenu une ressource importante pour un grand nombre de municipalités au Canada. Le Bureau du vérificateur général de la Colombie-Britannique a défini ses objectifs de vérification en 2010 concernant la gestion des ressources hydriques de la Colombie-Britannique en se fondant sur l’évaluation du CAC.

Le CAC a en outre publié en 2009 le rapport Innovation et stratégies d’entreprise : pourquoi le Canada n’est pas à la hauteur, qui a donné naissance à une nouvelle façon de concevoir l’innovation au Canada. Cette évaluation a suscité une discussion pancanadienne qui se poursuit encore aujourd’hui et a inspiré le lancement d’une consultation nationale sur l’économie numérique canadienne.

Éclairer les choix en matière de recherche : Indicateurs et décisions (2012) et Honnêteté, responsabilité et confiance : Promouvoir l’intégrité en recherche au Canada (2010) ont ensemble inspiré des consultations pancanadiennes sur la capacité de recherche du Canada, et ont stimulé l’élaboration de nouvelles politiques et de nouveaux programmes en matière de recherche. Honnêteté, responsabilité et confiance : Promouvoir l’intégrité en recherche au Canada a également influencé le Cadre de référence des trois organismes sur la conduite responsable de la recherche (2011).


« Les rapports du CAC sont d’une qualité extraordinaire; les comités sont irréprochables. […] Ils nous aident à aborder des questions de politiques publiques très complexes. [Innovation et stratégies d’entreprise : pourquoi le Canada n’est pas à la hauteur] est un rapport exhaustif, étoffé, même original. Il est devenu un pilier sur lequel nous pouvons appuyer l’élaboration des politiques publiques.”

-Industrie Canada


 

 

Inscrivez-vous à notre liste d'envoi

Recevez nos avis, communiqués, publications, etc.!
Préférence English  Français
Information supplémentaire

« Il est manifeste que le CAC est en passe d’être reconnu comme une puissante organisation pour tous les aspects de la recherche essentiels au Canada tout en étant pertinent pour le reste du monde scientifique. »

Rita R. Colwell, professeure distinguée à l’Université du Maryland à College Park, et à l’École de santé publique Bloomberg de l’Université Johns Hopkins, et ancienne directrice de la National Science Foundation (1998-2004), décembre 2012